Wednesday, November 16, 2011

Provisorily Notes on ITI MRINALINI by Aparena Sen

 








I don´t want to reveal to much from the story, because these are first notes.

At the beginning as much I have to reveal when Mrinalini  intends to commit suicide and recapitulates her life through memories I thought of Max Ophül´s last film LOLA MONTEZ. The aging Mrinalini may be tired in life, but Aparna Sens film is the opposite. If I have to find terms for the always refreshing vitality of Aparna Sens films in the last 10 years, than I ´t hesitate to think she is one of the few contemporary filmmakers who give cinema back what it is in danger to loose forever.
Aparna Sen said that she felt like experimenting with a more popular genre. It is not just a flirt with mainstream, it is quite a daring experiment. ITI MRINALINI is a good example that you have with Aparna Sens films always the chance, enjoy intelligent and sophisticated storytelling , enjoy like in most of her last 4 films a firework of cinematic ideas and reflections on cinema in general or just enjoy both and you have one of the richest harvest, contemporary narrative world cinema has to offer.
As the film deals with memories of an aging film diva, her memories are often fragmented and at the end we have to put the puzzle together. Opposite to Aparna Sen herself, Mrinalini is an actress who never made own films and who never got the chance to work for Satyajit Ray or Mirinal Sen, not to mention the Super Nova of Indian cinema, Ritwik Ghatak. But at the beginning when Mrinalini is looking at old photos or things which evoke memories in her, she is “editing” her life and reflecting on the images she has of her life like a filmmaker has to edit the images of her film.

Says Bengali film critic Pradip Biswas, “the film is crafted in a manner that might hurt your critical sensibilities” In his superficial and very arrogant pamphlet on ITI MRINALINI in the online magazine “The Scape” he already sees THE JAPANESE WIFE and this film as examples for the decay in Bengali cinema. The texts sounds too much like the Bengali pendant to Jim Hobermans equally dull review on Malicks masterpiece THE TREE OF LIFE. Both are judging on films they have not even half digested not to mention – not understood. In their eyes I must be stupid or shizophrenic, because I saw a lot of wonders in this film. I am not so much angry about the fact Biswas and his american pendant Hoberman have not the same taste like me. I am rather in rage because they blame the films they judge in the same way they blame the films for. If there is something like a “left machosim” in film critic I can name two exemplares.

Does ITI MRINALINI works as a whole film?
Of course it does – and in the same way CITIZEN KANE by Orson Welles, LOLA MONTEZ by Max Ophuls or SAIKAKU ICHIDAI ONNA (The Life of Oharu) by Kenji Mizoguchi does. It is as reflective like CITIZEN KANE, as restless like LOLA MONTEZ and as elegant like Mizoguchis film.

The long tram travel with the young Mrinalini (played by Konkona Sen Sharma) and her first boyfriend , a Naxalite reveals in me the famous tram scene in Murnaus SUNRISE with the difference the landscape which passes by is real and not reconstructed in a studio. You have the choice to focus on the dialogue between the lefttish boy and the young woman who wants to become an actress or just looking out of the tram windows or you can have both and it will be an unforgettable experience very rare in narrative cinema.

Truffaut wrote once in his collection of film critics “The films of myx life” that there were often very small moments which makes him falling in love with a film. In ITI MRINALINI there are four encounters of the young Mrinalini with other women which stay in my mind as some of the great moments in Aparna Sens films with me forever. One with the german girlfriend of her brother Julia (Suzanne Bernert), one with an aging actress, a lomg conversation with her daughter who is adopted by Julia and her brother and this incredible emotional impact when she encounters the crippled woman of her dearest friend. Some of these person have limited screen time but that are shining bright and I can never forget them.

There might be sympathy from Aparna Sen for her and Sen Sharmas character but despite Aparna Sens own experiences as filmstar, her attitude to this mosaik of some different characters has again the Ozu-like justice to all her figures. Just remember the small but intense scene between Konkona Sen Sharma and Suzanne Bernert on the beach or the long walk and conversation between Mrinalini and her her daughter. Both scenes have the beauty of a scene from a film by Ozu. Mrinalinis encounter with Chintans crippled wife has the intense of a scene from a film by Ritwik Ghatak.

Of course Konkona Sen Sharma offers again one brilliant performance. But the quality of Aparna Sens directing is a kind of decentralisation. All the persons in Mrinalinis memories have a life on its own.
As far my unsorted thoughts. It is one of these films which become more beautiful after every time I see them.
Rüdiger Tomczak






Thursday, November 10, 2011

DOUBLE PORTRAIT de Marilû Mallet /version francaise





(article publié dans la revue Shomingeki,hiver 2000/2001


a Florence M.C.Nguyen



A la fin de 2, Rue de la mémoire on  entend la phrase que la femme adresse, en  esprit,à I'homme avec qui elle a échangé d'innombrables lettres mais qu'elle n'a rencontré qu'une fois : <<je rêve de continuer à échanger avec toi des fragments de nos vies >. Pendant cette unique rencontre, ils marchent dans les rues de Montréal: elle est une exilée latino-américaine habitant à Paris, il est un juif canadien habitant à Montréal. Tout en marchant, ils parcourent aussi les souvenirs qu'ils se racontent. Chacun de ces souvenirs apparaît coûl me une tranche de vie, comme un petit espace que chacun ouwe pour I'autre. Double portrait, le denier film de I'exilée chilienne Marilû Mallet, est composé, lui aussi, de fragments de deux vies humaines: ceux de la réalisatrice et ceux de sa mère, la peintre Maria Luisa Segnoret. En conversation ou au cinéma" ces << fragments>>ont quelque chose de lieux de mémoire dans les quels on est invité, d'espaces que I'on peut <<cohabiter > pour un temps.

Le film corrlmence avec I'image d'une maison à Montréal qui est éclairée de I'intérieur. C'est une de ces maisons avec le grand escalier qui mène à la porte d'entrée si caractéristiques de Montréal ou, du moins, de I'image que je m'en fais. Plus tard, la caméra parcourt les pièces de la maison. Les tableaux de Maria Luisa Segnoret y sont suspendus sur des murs peints en vert. Chacun de ces tableaux  paraît,à son tour, comme une pièce du grand complexe de la vie d'une personne  qui est comme une maille de récits dont on forge une identité dans une chaîne infinie d'histoires. La voix off de Mallet se fait entendre, tantôt s'adressant à sa mère à la deuxième personne; tantôt coûrme voix narrative qui en parle à la koisième personne. Au début, nous avons le sentiment d'être étrangers à ces biographies mais, aussi tôt, on nous y fait rentrer,et nous participons.

Maria Luisa Segnoret est assise à côté  d'un projecteur en marche. Sur un écran blanc sont projetésdes films des archives familiales.  J'y vois jouer des enfants d'un temps largement révolu. La façon qu'a la vieille damede regarder ces images laisse croire qu'elle se souvient d'histoires et d'événements dont moi je n'apprends que des bribes. Une auke fois on voit un porhait d'enfant quela mère a peint de sa fille. Dans ce double portrait filmique (peintre/cinéaste)il y a, côte à côte, deux images possibles: celle que quelqu'un fait de quelqu'un (Segnoret de sa fille) et l'image cinématographique du film d'archives, mécaniquement prise et chimiquement conservée dont la densité et la beauté ont quelquechose d'aléatoire. Mallet, s'adressantà sa mère, dit en voix off: <<Tu as crééton propre univers, fu as hans posé tes souvenirs et tu les as fixés sur papier.r>

Double portrait est, comme 2, rue de Ia Mémoire, un film sur les souvenirs figés mais aussi sur les souvenirs encore vivants comme la personne qui les raconte. Des photos de famille, des objets tels une boîte à musique que Madame Segnoreta achetée au marché aux puces, à Paris, lorsqu'elle y étudiait, et des extraits de films de famille ou d'archives publiques apparaissentet se cristallisent en témoinsde la vie d'une personne,De plus,la boîteà musique,avec sa petite mélodie qui se répète, a quelque chose de I'uniformité mécanique du cinématographe. Puis,les films d'archives ne seront  plus seulement projetés, comme  d'ordinaire, sur un écran rigide (à partir duquel Mallet les filme), mais aussi sur des rideaux qui bougent.Les lignes alors se courbent, les perspectiveset les corps se distordent. L'angle droit avec ses limites n'apparaît pluscommele souvenir chimiquement conservéet techniquement reproductible. L'écran (dans ce cas un tissuen mouvement) et le film d'archives projeté semblent se dissoudredans un liquide. L'image projetée apparaît presque comme quelque chose d'organiquequi n'est pas reproductible n'importe comment, quelque chose, en outre,qui n'est plus commedét achédu corps vivant,mais le conditionne.

Madame Segnoret est assise devant sa toile. Elle peint. On voit ses mains travailler,mener le pinceau. Par contraste avec leur mouvement, Marilû Mallet, son modèle, est assise, son corps paraît presque immobile. On n'entend que le bruit des pinceaux et le doux wombissement de la caméra qui filme la  peinhe peignant le portrait de sa fille. À un autremoment, on voit comment elle travaille les yeux. Dans un autreplan on  voit les mains de Marilû Mallet reposant sur sesgenouxpendantqu'elle pose,et I'un desplans suivants montre les mains de la peintre,avec pinceau et palette, qui semblent, pendant un moment, suspendues.

Ce qui m'émeut toujours, me déchire parfois même le cæur, ce sont les photos de famille. Une photo dans Double portrait montre Marilû Mallet à l'âge de dix ans alors que, en mémoire, on a encore I'image de la cinéaste adulte posant pour sa mère. Ces vieilles photos ont pour moi une épaisseur et une beauté inexplicables et presquemythiques,qu'il s'agisse de celles de ma propre famille ou d'amis ou,comme ici, de I'album familial de Marie Luisa Segnoret.Les photos de ces gens qui, à présent, ont vieilli ou sont même déjà morts, ont quelque chose de solennel.Je ne peux pas les regarder sans éprouver un sentiment de grand respect devant cet art né comme par hasard,de beaucoup de photographes anonymes qui n'ont jamais eu I'intention d'être artistes.

Dans 2, rue de la mémoire I'homme dit à la femme qu'il voit dans sonvisage, à la fois, la petite fille qu'elle a été et la femme qu'elle est-Depuis quatre ans, cette phrase est gravée dans ma mémoire, coûlme, en général, les motifs des deux films de Marilû Mallet qui se sont condensés et sont devenus comme les thèmes d'une pièce musicale qui me sont restés en mémoire. Je connais ce sentiment.Je I'ai éprouvé en contemplant le visage des gens que je connais et que j'aime: en I'espace de quelques secondes un visage peut rendre visible les différentes périodes de la vie d'une personne.Dans une séquence de Double portrait il s'agit de cela. Cette séquence qui est coûlme le principal motif musical du film, l'amène à son propos: Madame Segnoret a presque achevé le portrait. Dans le tableau, sa fille a presquel'air d'une jeune fille. C'est alors que la caméra fait un mouvement vers la gauche. Elle trouve Marilû Mallet assise sur une chaise. Et c'est là que l'appareil révèle son wai visage dans lequel on peut voir toutes les différentes étapes de sa vie. Pour moi, c'est un des moments les plus émouvants du film, et qui en dit long sur la saisissante difftrence entre voir quelqu'unets'en faire une image.

Une image d'un film d'archives montrele palais présidentiel de Salvador Allende Santiago du Chili.On tire surle palais. Je sais que c'êtaiten 1973 lorsque l'assassin Pinochets'emparadu pouvoir e! avec violence, détruisit pour longtemps les espoirsde liberté et de justice d'un pays. Pourmoi,c'estde I'Histoire, comme I'est la guerre du Vietnam ou tout autre événement historique que je ne connais qu'à travers les livres d'histoire. Pour Maria Luisa Segnoret,pour Marilû Mallet et pour leur famille c'est un événement vécu, une souffrance qu'elles ont éprouvée dans leurscorps et leurs âmes, etqui a changé leurvie de façon décisive. Ellesontdû fuir le Chili, sans doute pour sauver leurs vies,et, depuis lors, vivent au Canada.Cette partie de l'Histoire qu'ellesont subiedans leur corpset dans leur âmese retrouvedans une eau-forte de Maria Luisa Segnoret.On y voit des barreauxet des casques militaires avec des visages étrangeset inquiétants .À un certainmomenton la voit manipulerune presse lourde. Dans cette image, en faisant un travail physiquement épuisant, elle essaie de transposer,avec tout son  corps, I'Histoire qui a presque failli l'anéantir.

Vers la fin du filn, on voit les pièces vides de I'atelier de Maria Luisa Segnoret.Une grave maladie, dont la peintre vient de se remettre, I'a obligée à abandonner la peinture pour un long moment.Dans le dernier plan,on la voit faceà une toile blanche, le regard tourné vers la caméra. La représentatio nde cette femme, souvent vue en mouvement pendant le film, se lige en une image que Marilû Mallet s'est faite de sa mère. Pour la réalisatrice Trinh T. Minh-ha faire des frlms c'est quelque chose comme créer de nouveaux espaces et offrir des accès diverspour y parvenir. La fascination du film de Marilù Mallet provient, elle aussi, d'une semblable manière d'ouwir des espaces dans les quels elle nous invite et dans lesquels il nous est permis d'habiter un moment, peu importe d'où nous venons. Le film se présente avant tout cofitme une émouvante biographie de deux femmes condensée, de façon impressionnante, dans les 38 courtes minutes de sa durée. Mais, de façon plus discrète, transposée dans la poésie du film, se manifeste une réflexion sur le cinéma coûlme possibilité de mémoire, qui me semble être une petite philosophie du cinéma.

Riidiger Tomczak
(Traduit de l'allemand par Monica Haîm)



Wednesday, November 2, 2011

Bettina Klix - Rapture of the Depths a book release.



In Canada an english translation of a book by Bettina Klix is released.The translator is Eric Miller (German-english)
Bettina Klix is a longtime collaborator of my filmmagazine shomingeki where she wrote among others on late german filmcritic Frieda Grafe, on filmcritic Helmut Färber, on films by Effie Mikesh, Michelangelo Antonioni, Helke Misselwitz, Rudolf Jugert, David Lynch, William Wyler or on books by filmcritic Peter Nau etc.
Bettina also published two books of prosa, Tiefenrausch (the german original of the book above) and Sehen, Sprechen, Gehen.
one of her most recent release is a book on Paul Schrader Verlorene Söhne, Töchter, Väter. 

ISBN 978-1-897430-10-1
Fiction
116 pages
$22.95
5 x 8
Now Available